La partie espagnole ou Ruy Lopez

La partie espagnole ou Ruy Lopez

Toujours dans notre série sur les ouvertures aux échecs, cet article est destiné à examiner plus en détails la partie espagnole.

La partie espagnole est certainement l’une des plus connues et pratiquées durant ces deux derniers siècles. Elle a pris le nom de Ruy Lopez suite à la publication d’une étude menée par le prêtre du même nom au 16ème siècle. Cependant, elle ne se développa qu’au 19ème siècle grâce au théoricien russe Carl Jaenisch qui redécouvrît tout son potentiel et l'étala au grand jour.

Nous partirons de la séquence de base que nous avons développée dans le top 10 des ouvertures pour ensuite nous diriger vers les développements les plus pertinents pour notre culture échiquéenne. Nous verrons ensemble les points forts et les faiblesses de chacune d’entre elles qui sont essentiels à l’élaboration d’un répertoire de jeu.

1. La séquence de l’espagnole

La partie espagnole ou l'ouverture Ruy Lopez

La partie espagnole et ses variantes ont toutes pour point de départ la séquence de coups suivante :

  1. e4 e5
  2. Cf3 Cc6
  3. Fb5

Le fil conducteur de cette ouverture est de déstructurer la formation de pions noirs. Cela donne lieu à différentes options tant pour les Noirs que les Blancs.

 

2. La défense berlinoise

Elle est enclenchée par la sortie du cavalier noir en f6. Elle a été rendue populaire suite à la victoire de Vladimir Kramnik sur Garry Kasparov lors de leur affrontement pour le titre de champion du monde. Cette défense est réputée pour être solide et pour sa capacité à obtenir le nul. Son surnom de « Mur de Berlin » est sans équivoque.

La défense berlinoise variante de la partie espagnole

La séquence de coups est la suivante :                         

  1. e4 e5
  2. Cf3 Cc6
  3. Fb5 Cf6

Le cavalier noir en f6 attaque le pion blanc en e4. Cependant, il n’est pas une réelle menace car les Blancs peuvent à leur tour récupérer assez rapidement le pion en e5. Par ailleurs, un échange de dame survient généralement tôt dans le cours du jeu pour entrer rapidement dans la séquence de fin de partie.

Cette ouverture est destinée aux joueurs voulant jouer défensif ou bien le nul.

Pièces d'échecs Staunton - Partie espagnole

3. La défense Steinitz

Bien que peu pratiquée de nos jours, la défense Steinitz vaut tout de même le détour car elle a contribué à l’avancée de plusieurs théories. Elle a été principalement utilisée par les champions du monde Emanuel Lasker et  José Raúl Capablanca au début du 20ème siècle. Avec le temps, quand bien même elle est une défense solide, sa passivité et sa lenteur d’exécution auront eu raison d’elle.

La défense Steinitz classique s’obtient en sortant le pion en a6 puis d6. Tandis que la différée joue ce dernier coup seulement après que les Blancs ait roqué.

Elles s’obtiennent respectivement après la séquence suivante :

  • 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 d6
  • 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4. Fa4 Cf6 5. 0-0 d6
Défense Steinitz classique - Partie espagnole Défense Steinitz différée - Partie espagnole

La défense Steinitz classique et différée

L’objectif des Noirs au travers de cette défense est de maintenir le plus longtemps possible leur position au centre grâce au pion e5. C’est pourquoi, s’ils doivent prendre une pièce ou bien l’échanger, ils le feront le plus tard possible. 

    La dernière fois que cette défense fut jouée dans une compétition officielle était 1950 par un joueur russe.

    4. La défense Bird

    Le maître mot de cette défense est l’effet de surprise. Même si elle a été utilisée quelques fois lors de tournois, elle n’a pas eu l’effet escompté. En effet, son point faible est qu’elle ne surprend que le joueur qui ne s’y est pas préparé. Autant dire qu’en compétition officielle, ils ne sont pas légion.

    Développement de la défense Bird - La partie espagnole

    Les mouvements qui déclenchent la séquence sont les suivants :

    1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cd4

      Cependant, le meilleur déroulement possible pour cette défense est celui-ci :

      1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cd4 4.Cxd4 exd4 5.0-0 Fc5 6.d3 c6 7.Fa4 Ce7 (développement ci-contre)

        La fois la plus marquante mais qui a aussi était la dernière où elle a été utilisée était par Magnus Carlsen en 2014. La partie se solda par une défaite du champion du monde. Autant dire qu'elle ne lui laissa pas un très bon souvenir...

         

        5. La défense Schliemann

        Défense Schliemann - Partie espagnole

        Cette défense, connue aussi sous le nom de gambit Jaenisch, est le plus souvent rencontrée dans le monde amateur que professionnel. Elle est composée de la suite de coups suivante :

        1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 f5

          Elle conduit à un positionnement quelque peu désorganisé que les Blancs peuvent exploiter si le joueur possède des séquences de jeu dans son artillerie. Dans le cas contraire, les Bancs pourraient se retrouver pris au piège ce qui conduirait à un avantage exploitable pour le camp adverse.

          A l’instar de la défense Bird citée plus haut, elle est utilisée exclusivement pour créer un effet de surprise. Mais cette intention est à double tranchant : soit l’adverse n’est pas préparé et la partie est bien engagée pour les Noirs, ou au contraire, ils le sont en agissant précisément et les Noirs pourraient très vite se faire neutraliser.

          Échiquier en bois clair - Partie espagnole

          6.  La défense Morphy

          Défense Morphy - Partie espagnole

          Le troisième coup Noir de cette défense est le déplacement le plus populaire parmi les variations de la partie espagnole. En effet, elle force les Blancs à se poser des questions tôt dans la partie sur le sort de leur fou et du côte du camp noir, une occasion de défaire leur cavalier d’un futur clouage.

          La séquence de coups qui la caractérise est la suivante :

          1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6

            Cette défense est appréciée car elle offre aux Noirs une bonne flexibilité de jeu grâce à de nombreuses débouchées que nous allons découvrir dans la suite.

             

            1. La variante d’échange

            Défense Morphy variante d'échange - Partie espagnole

            Le recul du fou en a4 est sans doute le déplacement le plus effectué par les Blancs. Cependant le coup qui caractérise cette variante est la prise du cavalier par le fou. La réponse des Noirs sera généralement la capture du fou avec le pion en "d" mais l’alternative avec celui en "b" est aussi possible. D’où l’appellation « variante d’échange » car le fou blanc est échangé contre le cavalier noir.

            Elle est composée de la suite de coups suivante :

            1. e4 e5 2.Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4. Fxc6

            Elle a été popularisée par la légende des échecs Bobby Fischer. Avec cet échange, les Blancs désagrègent la structure de pions des Noirs et leur objectif va être d’échanger d’autres pièces au fil de la partie afin d’avoir une fin de partie avantageuse, avec un exemple ci-contre.

            Dans celui-ci les Blancs ont un léger avantage même si celui est compensé dans le camp noir par la paire de fous intacte qui sera bien utile en fin de partie.

            Cependant, cette configuration offrira aussi aux Noirs des opportunités pour partir à l’offensive durant le milieu de partie.

            2. L’espagnole fermée

            Défense morphy variante fermée - Partie espagnole

            Cette variante est appréciée à tous les niveaux. Elle offre une panoplie fournie de séquences envisageables pour les deux camps. Elle est aussi flexible pour les Noirs et chaque camp aura une partie complexe à mener s’ils s’engagent dans cette voie.

            La séquence de coups est la suivante :

            1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Te1 b5 7.Fb3 d6 8.c3 0-0

             

            3. L’espagnole ouverte

            Défense Morphy variante ouverte - Partie espagnole

            Elle ne rencontre pas autant de succès que la variante fermée, mais elle est tout de même appréciée de certains joueurs. L’objectif du camp Noir est plus d’améliorer leur positionnement afin de compenser leur retard en termes de nombre de pièces, plutôt que de garder à tout prix leur pion central d’avance. Ils profitent du temps que les Blancs vont mettre à essayer de récupérer le centre qu’ils avaient en début de partie pour déployer leurs pièces et ouvrir leur jeu.

            Les différents mouvements sont les suivants :

            1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Cxe4 6.d4 b5 7.Fb3 d5 8.dxe5 Fe6

              Considérée comme agressive, elle convient aux joueurs prêts à prendre des risques pour lancer leurs attaques.

              4. Le gambit Marshall

              Gambit Marshall - Partie espagnole

              Cette attaque a été élaborée par Frank Marshall qui voulait prendre sa revanche sur Capablanca après une longue série de défaites contre lui. Il l’avait préparée spécialement pour le jour où il le rencontrerait à nouveau. Cependant l’issu de la partie n’en fut pas plus heureuse. Marshall réutilisa tout de même cette attaque contre un autre adversaire et eût cette fois-ci plus de succès.

              Cette variante requiert du joueur qui s’y emploie de bien connaître sa théorie afin de pouvoir manœuvrer correctement cette ouverture. L’objectif des Noirs est de se déployer et d’assaillir l’aile roi de leur adversaire. Avec cette stratégie, ils vont prendre un ascendant positionnel sur les Blancs qui seront freinés dans leur développement.

              La séquence de coups de cette attaque est comme suit :

              1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4. Fa4 Cf6 5. 0-0 Fe7 6. Te1 b5 7. Fb3 0-0 8. c3 d5

                Du coté des Blancs, certains joueurs choisissent de jouer l’anti-Marshall pour se protéger des attaques Noires. D’autres préfèrent jouer le nul au plus tôt.

                 

                 

                Après la théorie, place à une partie tout aussi importante qui est la pratique. Car pour mémoriser et s’approprier les séquences rien de tel que de s’entraîner seul puis avec un adversaire. La partie espagnole est indispensable à ajouter à son répertoire tant pour son jeu personnel mais aussi afin d’appréhender au mieux celui de son adversaire. Dans cet article, nous n’avons pu qu’introduire la partie espagnole qui regorge encore de possibilités.

                L’acquisition de matériel qualitatif et que l’on apprécie est aussi un pas à franchir durant sa progression. C’est pourquoi chez les Artisans des Échecs nous proposons des sets de jeu composé d’un échiquier et de pièces. La particularité de ces jeux est qu’ils font partie de l’histoire échiquéenne et ont été assemblés par nos artisans d’art. A très bientôt pour un prochain article !

                Jeu échecs Dubrovnik - Partie espagnole